Actu.

communication-14nov2014
image-6611
Deuxième volet d’expérience Art/Robotique

Inria Bordeaux

vendredi 14 novembre 2014

 

à l’INRIA Bordeaux Sud Ouest (3ème étage) à partir de 17h15.

200 avenue de la vieille tour

33405 Talence Cedex

 

 

 

 

 

L’équipe Comacina capsule créative vous invite à la présentation du deuxième volet d’expérimentations avec le robot humanoïde Poppy. Y seront présentées des photos originales (Rafiaa Khaddhar) et des vidéos (Amandine Braci, Marie-Aline Villard) sur les recherches en cours ayant toujours pour thème la dynamique de l’entre-deux mécanique/poétique. L’équipe Comacina s’applique à déplacer le robot dans des situations qui le dépaysent, qui défient ses lois gravitaires et qui s’écartent de l’objet robot pour le retrouver autrement. La présentation de Comacina capsule créative fera suite à la soutenance de thèse de monsieur Matthieu Lapeyre (concepteur du robot et collaborateur) intitulée « Poppy: Open source 3D printed and modular humanoid robot for Science, Art and Education» qui aura lieu dans les locaux de l’INRIA à la salle Ada Lovelace à 14h.

 

Etudes d’après nature est une série de photographies plasticiennes qui a pris pour sujet un robot en situations poétiques : Poppy immergé dans la nature, en contemplation, parfois même disparaissant dans cette dernière. Un robot extirpé de son environnement habituel pour s’intégrer dans un cadre rural et créer l’écart. Images dans lesquelles on pourrait se promener, s’arrêter et réfléchir sur la dimension réelle ou fictive de l’image. Entremêlant des références issues de domaines hétérogènes, les photographies donnent à voir une confrontation insolite, une rencontre entre l’art et la robotique. Car, on ne saurait dire, à la vue de la série de photographies, si c’est Poppy qui constitue le sujet principal de l’œuvre, la nature dans laquelle il se donne à voir ou bien encore notre relation au monde d’aujourd’hui. Impressions d’une fiction qui se raconte au fil de scènes rappelant la peinture de paysage du XIXe siècle, les photographies s’organisant sur un mur tels des tableaux sont empreintes d’étrange et nous font osciller entre passé et présent. Rafiaa Khaddar.